Un piège à carbone efficace et méconnu : les déjections d’anchois

Changement Climatique

Par Quentin Mauguit, Futura-Sciences | 28/10/12

Près d’un tiers du CO2 émis par l’Homme serait capturé par les océans grâce à des processus chimiques et biologiques. Le gaz carbonique se dissout en effet très bien dans l’eau de mer, qui contient naturellement des ions carbonates, où il participe à l’acidification des océans. Il peut également être capturé par des organismes pratiquant la photosynthèse, comme le phytoplancton, qui l’utiliseront pour produire de la matière végétale.
À leur mort, le carbone capturé par ces algues peut soit retourner dans l’atmosphère, et donc agir sur le climat, soit précipiter lentement vers les fonds marins au sein de la matière organique en suspension. Il sera alors emprisonné durablement, perdant toute possibilité d’action sur le réchauffement climatique. D’autres organismes joueraient également un rôle primordial dans le fonctionnement de cette pompe biologique : les petits poissons ! En se nourrissant des microalgues, ils concentrent en effet du carbone dans leurs déjections qui coulent plus rapidement que le phytoplancton mort.
Peu d’informations sont disponibles sur le rôle des poissons sur la capture du carbone par les océans. Selon Grace Saba de la Rutgers University et Deborah Steinberg de la Virginia Institute of Marine Science (VIMS), il ne serait pourtant pas négligeable ! Leur étude vient d’être publiée dans la revue Scientific Reports.

Lire la suite

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires. Soyez le premier à commenter avec le forum ci-dessous
Vous souhaitez commenter? vous devez ouvrir votre session ou vous enregistrer auprès du site INQUIRE

Ouverture de votre session      login_join

Accessibilité

              

Soutenu par

  Share on Facebook